Musique Classique en ligne - Actualité, concerts, bios, musique & vidéos sur le net.

Musique classique et opéra par Classissima

Georg Friedrich Haendel

samedi 24 juin 2017


Classiquenews.com - Articles

19 juin

Vannes, 7è Académie européenne de musique ancienne, dès ce 4 juillet 2017

Classiquenews.com - Articles VANNES, 4 > 12 juillet 2017. 7ème Académie européenne de musique ancienne. La Bretagne a toujours su explorer de nouveaux territoires, patrie des corsaires et marins explorateurs d’envergure, le territoire sait aussi cultiver le défrichement et l’innovation musicale. Ainsi l’Académie estivale que propose le VEMI (Vannes Early Music Institute) porte-t-elle logiquement le titre générique de « Festival des Musiciens Voyageurs »… L’Institut a su se distinguer depuis sa création parce que son projet artistique tout en impliquant comme nul par ailleurs la population et les visiteurs à Vannes, sait aussi, simultanément cultiver la transmission et l’approfondissement du travail musical. A la fois, festival (pour les spectateurs) et Académie (pour les jeunes instrumentistes sur instruments anciens et les jeunes chanteurs), chaque nouveau cycle estival organisé par le Vannes Early Music Institute est un événement en soi : promesse de découvertes musicales et artistiques envoûtantes ; célébration aussi de l’expérience musicale ouverte à tous, fraternelle autant que spirituelle et collective. UNE ACADEMIE POUR JEUNES MUSICIENS QUI EST AUSSI UN FESTIVAL… Depuis sa création par le violoncelliste Bruno Cocset en 2011, le Vannes Early Music Institute ne cesse de diffuser dans la cité et sur le territoire, une offre particulièrement riche en matière de musique ancienne : défrichement de répertoires, pratiques instrumentales… Chaque mois de juillet et pour la 7è édition en 2017, les festivaliers et spectateurs peuvent suivre les recherches, avancées, perfectionnements des jeunes instrumentistes et de leurs professeurs dans l’Hôtel de LIMUR, écrin baroque idéal et aussi dans d’autres lieux à Vannes… LIRE notre présentation complète du VEMI et de l’Académie européenne de musique ancienne à Vannes LIRE notre entretien exclusif avec BRUNO COCSET : ce qu’apporte en promesses la nouvelle édition 2017, les intervenants, la poursuite des chantiers de recherche et d’expérimentation dont les fruits font aussi le sel des concerts et conférences 2017 PROGRAMME 2017 7e Académie Européenne de Musique Ancienne de Vannes Festival des Musiciens voyageurs 8 concerts – 2 conférences Concerts & conférences Informations – réservations à partir du 15 Juin contact@vemi.fr – 06 13 43 05 14 – www.vemi.fr MARDI 4 JUILLET / 21h / VANNES, EGLISE SAINT-PATERN CONCERT D’OUVERTURE : « Arias et sinfonias : BACH – BUXTEHUDE – TELEMAN – HAENDEL » Marc Mauillon : voix, Johannes Leertouwer : violon, Bertrand Cuiller : clavecin, Maude Gratton : orgue, Guido Balestracci : violes, Bruno Cocset : violoncelle Concert payant : 12€ – Tarif réduit : 6€ pour les adhérents VEMI, demandeurs d’emploi et étudiants – Gratuit jusqu’à 12 ans I JEUDI 6 JUILLET / 15h / VANNES, HOTEL DE LIMUR CONFERENCE : « Bardes de l’Himalaya: épopées et musiques de transe » Franck Bernède, ethnomusicologue Gratuit dans la limite des places disponibles JEUDI 6 JUILLET / 21h / VANNES, AUDITORIUM DES CARMES CONCERT à DEUX CLAVECINS : « Haendel et l’Allemagne, chefs d’oeuvres et transcriptions » Bertrand Cuiller & Hadrien Jourdan Concert payant : 12€ – Tarif réduit : 6€ pour les adhérents VEMI, demandeurs d’emploi et étudiants – Gratuit jusqu’à 12 ans VENDREDI 7 JUILLET / 21h / VANNES, AUDITORIUM DES CARMES CONFERENCE CONCERT : « La Nascita del Violoncello » Marc Vanscheeuwijck : musicologue et violoncelliste, Bruno Cocset & Bertrand Cuiller Concert payant : 12€ – Tarif réduit : 6€ pour les adhérents VEMI, demandeurs d’emploi et étudiants – Gratuit jusqu’à 12 ans SAMEDI 8 JUILLET / 21h / VANNES, AUDITORIUM DES CARMES CONCERT : « Alfabeto Songs » : italian early 17th century songs Raquel Andueza, soprano & « Private Musicke » Concert payant : 12€ – Tarif réduit : 6€ pour les adhérents VEMI, demandeurs d’emploi et étudiants – Gratuit jusqu’à 12 ans DIMANCHE 9 JUILLET / 15h / PONTIVY, BASILIQUE NOTRE DAME DE JOIE CONCERT : « CELLO STORIES » Guido Balestracci, Bertrand Cuiller, Richard Myron, Bruno Cocset Entrée gratuite dans la limite des places disponibles – Participation libre DIMANCHE 9 JUILLET / 20h / GUERN, SANCTUAIRE DE QUELVEN CONCERT : «Souffle, souffles : de la flûte à l’orgue !» Maude Gratton : orgue, Pierre Hamon : flûtes, Marc Hantaï : flûte traversière Entrée gratuite dans la limite des places disponibles – Participation libre LUNDI 10 JUILLET / 18h / PARC DE BRANFERE CONCERT : « Une fenêtre sur Limur… à Branféré ! » Etudiants de l’Académie Entrée gratuite dans la limite des places disponibles et sous réserve de s’être acquitté du droit d’entrée du parc de Branféré – Participation libre MARDI 11 JUILLET / 20h & 21h / VANNES, HOTEL DE LIMUR CONCERTS BALLADES : « Une Nuit à LIMUR » Etudiants de l’Académie Gratuit dans la limite des places disponibles MARDI 12 JUILLET / 21h / VANNES, CATHEDRALE SAINT-PIERRE CONCERT DE CLOTURE : « J.S. BACH : Concertos – Suite pour orchestre » Etudiants de l’Académie Patrick Beaugiraud : hautbois, Maude Gratton : clavecin Sophie Gent : violon et direction Entrée gratuite dans la limite des places disponibles – Participation libre Master classes 7e Académie Européenne de Musique Ancienne de Vannes – 9 maîtres pédagogues Bruno Cocset: baroque cello & artistic director (du 5 au 12 juillet) Sophie Gent: baroque violin (9 au 12 juillet) Johannes Leertouwer: baroque violin (5 au 8 juillet) Guido Balestracci: viola da gamba (du 5 au 12 juillet) Bertrand Cuiller: harpsichord (du 5 au 12 juillet) Richard Myron: baroque double-bass & violone (du 9 au 12 juillet) Maude Gratton: organ & clavichord (7 au 11 juillet) Pierre Hamon: flute recorder (8 au 12 juillet) Marc Hantaï: flute traverso (5 au 9 juillet) Information – Billetterie 7e Académie Européenne de Musique Ancienne de Vannes Ouverture de la billetterie : jeudi 15 juin 2017 Réservation et billetterie Sur le site Internet : www.vemi.fr – à partir du 15 juin 2017 A la Librairie Cheminant : 19 Rue Joseph le Brix, 56000 Vannes – à partir du 15 juin A l’Office du Tourisme Golfe du Morbihan Vannes Tourisme – à partir du 15 juin A l’Hôtel de Limur : 31 rue Thiers, 56000 Vannes – à partir du 29 juin Sur le lieu des concerts : dans la limite des places disponibles Accueil spectateurs  Les places ne sont pas numérotées  Les photographies et captations vidéo sont interdites pendant les spectacles  Pour un accueil personnalisé, notamment les spectateurs en situation de handicap, merci de le signaler dès la réservation des billets

Resmusica.com

17 juin

Haendel à Bâle : Alcina ou Bradamante ?

Bâle. Theater Basel. 10-VI-2017. Georg Friedrich Händel (1685-1759) ; Alcina, opéra en 3 actes d'après le livret d'Antonio Fanzaglia pour l'opéra de Riccardo Broschi « L'isola di Alcina » inspiré de l'Orlando furioso de Ludivico Ariosto. Mise en scène : Lydia Steier. Décors : Flurin Borg Madsen. Costumes : Gianluca Falaschi. Lumière : Guido Hölzer. Avec : Nicole Heaston, Alcina ; Valer Sabadus, Ruggiero ; Katarina Bradić, Bradamante ; Bryony Dwyer, Morgana ; Alice Borciani, Oberto ; Nathan Haller, Oronte ; José Coca Loza, Melisso. Chœur du Theater Basel (chef de chœur : Hzenryk Polus) et La Cetra Barockorchester Basel, direction : Andrea Marcon.




Classiquenews.com - Articles

16 juin

Vosges du Sud : Festival Musique et Mémoire

VOSGES DU SUD (70). 24ème Festival Musique et Mémoire, du 15 au 30 juillet 2017. Dans les Vosges du Sud, un festival passionnant vous attend, du 15 au 30 juillet 2017 soit la deuxième quinzaine de juillet : une offre unique en Europe pour s’immerger au cœur des Vosges saônoises, bercés, étonnés, surpris, par une programmation riche et singulière, en nouvelles expériences baroques. Musique et Mémoire est une scène résolument baroque à nulle autre pareille qui ne cesse d’explorer les esthétiques des XVIIè et XVIIIè, entre France, Italie, pays germaniques. Grâce à l’intuition sûre de Fabrice Creux, directeur du Festival (et aussi son créateur), Musique et Mémoire sait cultiver le risque voire l’audace en commandant aux artistes en résidence de nouveaux programmes. C’est à chaque édition, une traversée unique et féconde, qui n’est pas liée à un site unique comme beaucoup d’autres festivals en France, mais une offre qui rayonne sur le territoire saônois, entre étangs et églises patrimoniales, une occasion de vivre et revivre l’enchantement et la vitalité des écritures baroques selon un rythme désormais bien identifié : 3 week ends ouvragés avec intelligence et gradation, 3 ensembles en résidence portés par l’exigence de l’expérimentation et de l’accomplissement. Du dialogue, du partage. Cet été, inaugurant le nouveau cycle de concerts et de rencontres, les festivaliers retrouvent pour les 5 premiers jours (les 15, 16 puis 19, 20 et 21 juillet), le trio emblématique Les Timbres, capables de stimuler et produire la complicité recréatrice en s’associant de nombreux complices (et aussi de nouveaux timbres comme le baryton vocal de Marc Mauillon…); Puis les 22 et 23 juillet, Musique et Mémoire accompagne le fabuleux ensemble de Lionel Meunier, Vox Luminis dans Haendel, et les cordes de La Rêveuse qui fête non sans raison le génie de Telemann, mis à l’honneur en 2017 ; c’est la poursuite également du geste d’Alia Mens dans la constellation Bach (cantates et pièces instrumentales dont les Brandebourgeois… Voici caractères défricheurs, tempéraments audacieux et temps forts de l’édition 2017, présentée en 3 étapes successives, complémentaires, du 15 au 31 juillet 2017, au Pays enchanteurs des “1000 étangs” (VOSGES DU SUD, 77). ________________________ Toutes les informations pratiques, le détail des programmes et les modalités de réservation / organiser votre séjour en Haute-Saône et dans les Vosges saônoises, sur le site du Festival Musique & Mémoire 2017 , festival incontournable des VOSGES DU SUD (70). http://www.musetmemoire.com/index.php _________________________ (RE)DÉCOUVRIR le festival Musique et Mémoire 2016 : les 400 ans de Johann Jacob Froberger, génie du premier baroque entre France et terres germaniques, décédé sur le territoire vosgien, compositeur diplomate, virtuose du clavier et génie musical européen… Au cours de cette édition remarquable (juillet 2016), le Festival Musique et Mémoire a démontré l’enracinement local d’une tradition musicale forte, capable dans le cas de Froberger dont il était le seul en France à célébrer la valeur et l’oeuvre inclassable, de synthétiser tous les styles à son époque (italien, germanique, français, anglais), réalisant in situ une pensée et une réflexion critique sur le fait et le geste musical dont le Festival est l”héritier aujourd’hui… Edition événement avec le concours de l’ensemble en résidence Les Cyclopes REPORTAGE VIDEO exclusif : les 400 ans de Froberger au Festival Musique et Mémoire 2016… REPORTAGE VIDÉO. Le Festival MUSIQUE & MÉMOIRE 2016 : les 400 ans de Froberger. Les Cyclopes à Musique et Mémoire. Les Cyclopes, ensemble instrumental et vocal codirigé par Bibiane Lapointe (clavecin) et Thierry Maeder (orgue) enrichissent davantage la réussite du projet artistique façonné édition par édition par le directeur du Festival, Fabrice Creux. En juillet 2016, célébration légitime et unique en France, du génie de Johann Jacob FROBERGER, décédé sur le territoire (Héricourt), dont 2016 marquait les 400 ans. Reportage exclusif : pourquoi fêter Froberger ? Qui était-il ? Quelle est la singularité de sa musique ? et dans quel contexte a t elle été composée ? Le compositeur diplomate, d’une stature européenne méritait bien cet éclairage unique à ce jour. Réalisation : studio CLASSIQUENEWS.TV — Conception : Philippe-Alexandre PHAM © 2017

Classiquenews.com - Articles

10 juin

CD compte rendu critique. HAENDEL / HANDEL : OTTONE (Cencic, Snouffer, Petrou, 2016, 3 cd DECCA)

CD compte rendu critique. HAENDEL / HANDEL : OTTONE (Cencic, Snouffer, Petrou, 2016, 3 cd DECCA). On attendait beaucoup de ce nouvel enregistrement orchestré par le duo Cencic et Petrou. Le contre ténor confirme un goût sûr pour le théâtre de Haendel dont il sait exprimer l’intelligence dramatique voire la profondeur psychologique. Ici rayonne le diamant sombre d’Ottone, éblouit la vitalité émotionnelle de sa fiancée Teofane (vrai cristal de l’oeuvre), que manipulent et maltraitent les lombards, Gismonda et son fils, Adelberto… OTTONE, DRAME MAJEUR MECONNU… Créée par charte royale en 1719, la Royal Academy of Music a pour vocation la production d’opéras italiens à Londres. Handel en est nommé « maître de l’orchestre » : il fournit les opéras et engage en Italie, et en Allemagne les chanteurs pour les interpréter. Véritable directeur, producteur, Haendel recrute alors à Dresde, la soprano Margherita Durastanti (qui avait chanté pour lui à Rome et à Venise, en 1707–1709) et la basse Giuseppe Maria Boschi (qui avait chanté pour lui à Venise, ainsi que dans son premier opéra londonien, Rinaldo, en 1711). A Dresde toujours, le compositeur engage alors son castrat fétiche Senesino, mais aussi assiste à la Teofane de Lotti (septembre 1719) : l’oeuvre découverte le marque, il achète le livret de Pallavicino et recyclera des airs de Lotti dans ses opéras à venir. Le prétexte historique en est le mariage à Rome en avril 972 du Germain Otton II (empereur du Saint-Empire romain) avec la byzantine, princesse de Constantinople, Theophanu. Pallavicino traite donc de l’histoire romaine et germanique, mais en brodant autour, en imaginant les intrigues auxquelles doivent faire face les deux futurs époux, avant leur mariage. A Londres, Haym adapte le texte pour Haendel qui propose son nouvel opéra au cours de la 4è saison de la Royal Academy of Music (1722-1723). Après plusieurs remaniements déjà (11 airs et duo, pourtant écrits sont au final abandonnés pour être remplacés), Haendel crée l’ouvrage au King’s Theatre, sur le Haymarket, le 12 janvier 1723. En une continuité de Lotti à Haendel, soit de Dresde à Londres, 3 chanteurs incarnent les mêmes personnages, assurant ainsi une compréhension profonde des enjeux du drame : Senesino (Ottone), Durastanti (Gismonda) et Boschi (Emireno). Gaetano Berenstadt (Adelberto) complète, en 2è castrat, la distribution ; enfin, la prima donna Francesca Cuzzoni (Teofane) – arrivée en décembre 1722, faisait ainsi ses débuts à Londres. C’est elle que Haendel faillit défenestrer car elle s’était plaint de la faiblesse de son air (Falsa imagine, son premier aria au I). Signe révélateur de la toute puissance des divas à une époque où avec les castrats, les chanteurs tendaient à imposer la loi de leurs caprices. Haendel se défendit en affirmant subtilement que si la Cuzzoni était diablesse, lui était alors Belzebuth, le chef des diables. Haendel avait conçu un air non pas brillant et virtuose comme l’aimaient les solistes friands de démontrer, moins de jouer, mais profond et « psychologique ». C’est le moment où la princesse venue à Rome épouser celui qui lui est destiné (Ottone), rencontre un inconnu (le lombard Adelberto) qui se prétend Ottone… Diplomate, Haendel ménagea cependant les souhaits fracassants de sa prima donna en lui accordant de nouveaux airs de bravoure dans la suite du drame. Les jeux sont déjà bien précisés : Haendel est un auteur d’une rare finesse psychologique et tous ses opéras aux côtés de leur souffle dramatique, sont des huits clos émotionnels dont il sait ciseler les gouffres et vertiges intérieurs (l’apothéose du pathétique étant ici la sublime lamentation d’Ottone, “Tanti affanni” (III, scène 2). La version retenue par Cencic privilégie globalement celle de la première, enrichie des airs de Teofane, créés lors de la soirée en l’honneur de la Cuzzoni, quelques jours après la première (“Spera sì, mi dice il core”, “Gode l’alma consolata” ou “Spera sì”). Complet, Cencic ajoute aussi trois nouveaux airs composés pour le rôle-titre lors de la reprise de 1726 (avec Senesino toujours) sous la direction de Haendel. Lequel montrait alors sa facilité à modifier le caractère d’un personnage, la couleur d’une situation, quitte à changer à l’inverse, le schéma préalable. Tout cela démontre le soin du compositeur et la grande valeur d’Ottone qui en découle, passé sous silence, dans l’ombre des grands ouvrages qui ont suivi Giulio Cesare, Tamerlano… Pourtant l’opéra de 1723 indique avec finesse, le souci du dramaturge, l’éloquence et le raffinement avec lesquels Haendel est capable d’exprimer le désarroi intérieur ou l’espoir irrépressible qui portent ses personnages. SUBLIME THEATRE DE HAENDEL. L’engagement des interprètes et la grande cohésion sonore et expressive (amplitude des dynamiques et des nuances de l’orchestre sur instruments anciens de Geroge Petrou) font toute la différence avec les versions antérieures dont celle de McGegan en 1992). Chanteur et producteur, Cencic sur les traces d’Haendel soigne voire cisèle le profil psychologique des caractères et l’enjeu des situations / confrontations. Il souligne combien Ottone est une partition dont la construction dramatique et la conception des airs (plus intérieurs que de seule bravoure) sont proches du théâtre. La jeunesse et l’innocence de Teofane, princesse amoureuse en terre étrangère, manipulée et trompée par le duo des Lombards, particulièrement pervers : la mère ambitieuse (Gismonda), son fils, langoureux et passif (Adelberto)… Même Ottone, pourtant fier guerrier vainqueur, aime s’abandonner dans plusieurs airs nostalgiques voire sombres. En définitive, le goût de Haendel pour l’opera italien n’a rien de factice ni de superficiel. C’est un moyen pour exprimer l’indicible vérité des sentiments : tout cela mènera à la noirceur sublime et tragique d’Alcina (1735), sommet de cette intelligence dévoilant l’impuissance. CENCI ET PETROU soulignent un Haendel psychologique Beaucoup ne verront dans cette lecture qu’une nouvelle approche habile, engagée, efficace. Les producteurs vont au delà : ils savent exprimer sous la musique, l’éloquence du théâtre, le surgissement des individus. En Ottone, Max Emanuel Cencic trouve le ton juste entre gravité et lassitude d’exister (un comble car l’Empereur est jeune, il va quand même se marier) ; la couleur grave servie par un medium de mieux en mieux assis et chaud, sert l’image d’un politique déjà fatigué et sage (par ses conquêtes trop nombreuses?) : a contrario du visuel de couverture du coffret DECCA, c’est moins le général conquérant, servant l’idéal impérial romain, qu’un homme qui doute et temporise, écarte l’action pour la réflexion voire la distance psychologique. On aime ce Haendel sans pompe ni effets flatteurs : révélé dans le repli d’une vérité humaine qui est proche du silence et de la solitude. En cela, la vision défendue par Cencic et Petrou reste très intéressante; l’Adelberto de Sabata est un peu mince, souvent maniéré et toujours sur le même ton, languissant, plaintif. Les femmes rehaussent davantage l’éclat d’une partition construite comme une pièce de théâtre : Ann Hallenberg demeure onctueuse et articulée dans un rôle de marâtre, frustrée, ambitieuse (véritable harpie dominatrice), tout à fait crédible et passionnante à suivre dans les détours de ses intrigues et petits agissements; saluons le relief de la piquante Lauren Snouffer qui sur les traces de la Cuzzoni, relève le pari d’un caractère à la fois virtuose et profond. Si la soprano peine parfois dans ses airs finaux (actes II et III), le sens du drame, le souci de clarté renforcent l’impact de sa prestation. C’est bien elle au final, à la fois proie mais intelligence amoureuse, qui est le pilier de l’histoire. George Petrou nuance, cisèle, sait battre le fer et caresser les sentiments d’un drame qu’il est urgent de revoir sur la scène lyrique. Focus réussi sur un drame oublié, qui est mieux qu’un opera italien de second rang. CLIC de classiquenews de juin 2017. En concert à Beaune, le 7 juillet 2017 (mais sans le chant palpitant de la soprano américaine Lauren Snouffer en Teofane). Illustration : Lauren Souffre (DR). ______________________ CD compte rendu critique. HAENDEL / HANDEL : OTTONE (Cencic, Snouffer, Petrou, 2016, 3 cd DECCA). OTTONE, RE DI GERMANIA de 
George Friedrich Haendel – HANDEL / 1685-1759 Opéra en 3 actes, créé le 10 janvier 1723 au King’s Theatre, Haymarket de Londres Livret de Nicola Francesco Haym, d’après “Teofane” de Stefano Pallavicino Ottone: Max Emanuel Cencic, contre-ténor Gismonda: Ann Hallenberg, mezzo-soprano Teofane: Lauren Snouffer, soprano Emireno: Pavel Kudinov, basse Adalberto: Xavier Sabata, contre-ténor Matilda: Anna Starushkevych, contralto Ensemble sur instruments anciens IL POMO D’OR GEORGE PETROU, direction



Classiquenews.com - Articles

8 juin

Nos 6 festivals de l’été 2017 : la sélection de classiquenews

NOS 6 FESTIVALS DE L’ÉTÉ 2017 : la sélection de classiquenews. Avec le soleil qui s’installe, la route des festivals se précise et les jalons d’un parcours enchanté se concrétisent telles les balises d’une sublime et nouvelle exploration. Voici nos 5 coups de coeur de cet été, en France et en Suisse, cycles de concerts divers et singuliers, pertinents ou inédits, qu’il s’agisse d’interprètes que l’on suit depuis plusieurs années au sein de classiquenews, comme lieux dépaysant et destinations enchanteresses. Suivez le guide : pour chacun des festivals et cycles de concerts ainsi identifiés et distingués, classiquenews précise aussi la nature des lieux investis et la valeur des paysages environnants. Parce que la route des Festivals est aussi une formidable promesse touristique. ACADEMIE DE MUSIQUE ANCIENNE DE VANNES Du 4 au 12 juillet 2017 7è édition à VANNES du 4 au 12 juillet 2017. La Bretagne a toujours su explorer de nouveaux territoires, patrie des corsaires et des marins explorateurs d’envergure, le territoire sait aussi cultiver le défrichement et l’innovation musicale. Ainsi l’Académie estivale que propose le VEMI (Vannes Early Music Institute) à Vannes, porte-t-il logiquement le titre générique de « Festival des Musiciens Voyageurs »… L’Institut a su se distinguer depuis sa création parce que son projet artistique tout en impliquant comme nul par ailleurs la population et les visiteurs à Vannes, sait aussi, simultanément cultiver la transmission et l’approfondissement du travail musical. A la fois, festival (pour les spectateurs) et Académie (pour les jeunes instrumentistes sur instruments anciens et les jeunes chanteurs), chaque nouveau cycle estival organisé par le Vannes Early Music Institute est un événement en soi : la promesse de découvertes musicales et artistiques envoûtantes. Depuis sa création par le violoncelliste Bruno Cocset en 2011, le Vannes Early Music Institute ne cesse de diffuser dans la cité et sur le territoire, une offre particulièrement riche en matière de musique ancienne : défrichement de répertoires, pratiques instrumentales… fruit de son expérience au long cours, prolongement d’une activité incessante tout au long de l’année, la semaine où a lieu l’Académie, offre plusieurs concerts et conférences dans le somptueux écrin patrimonial qui les abrite à Vannes, l’Hôtel baroque de LIMUR, un lieu qui a conservé tout le charme de son architecture XVIIè… mais aussi dans plusieurs lieux emblématique de la richesse patrimoniale de la cité bretonne (Auditorium des Carmes, Basilique ND de Joie, Parc de Branfere, Cathédrale Saint-Pierre, …) / entrée gratuite dans la limite des places disponibles (réservations préalables conseillées / libre participation pour les concerts. EN LIRE + : http://www.classiquenews.com/academie-de-musique-ancienne-de-vannes-2017/ ____________________ YEHUDI MENUHIN Festival & Academy Du 13 juillet au 2 septembre 2017 Au regard de la programmation festive, éclectique, pléthorique du prochain festival de GSTAAD, la rédaction de CLASSIQUENEWS met en avant certains programmes et cycles musicaux, dévoilant par épisodes, la richesse d’un festival prometteur, particulièrement complet… Aux côtés de son souci de pédagogie et de transmission, – qualité qui est l’âme du festival suisse depuis le travail pionnier de son fondateur le violoniste Yehudi Menuhin, l’événement musical qui a lieu pendant tout l’été 2017 (70 concerts du 13 juillet au 2 septembre 2017), sait aussi cultiver l’inédit, la création comme des exploration de répertoires méconnus. Suivez le programme ; voici 3 volets « coups de cour de CLASSIQUENEWS » : EN LIRE + : http://www.classiquenews.com/festival-de-gstaad-2017-13-juillet-2-septembre-2017-temps-forts-i/ VOIR notre reportage vidéo découverte / GSTAAD Yehudi Menuhin Festival & Academy 2016 : http://www.classiquenews.com/reportage-gstaad-menuhin-festival-academy-presentation/ ____________________ FESTIVAL DE SAINTES Du 14 au 22 juillet 2017 SAINTES, 46ème Festival estival : 14-22 juillet 2017. Fleuron des festivals estivaux en France, ici en Poitou-Charentes, le 46è festival de Saintes étend sa voile du 14 au 22 juillet 2017, investissant tous les lieux désormais emblématiques de l’Abbaye aux dames. Rebaptisée Cité musicale, l’ensemble patrimonial accueille plusieurs générations d’interprètes en une palette élargie de répertoires ; aujourd’hui le lieu est fort d’une saison musicale annuelle, qui avant et après le festival estival prépare et poursuit l’aventure musicale. Cette activité permanente in loco a enraciné la musique comme une respiration naturelle (d’autant que le bâtiment abrite aussi le Conservatoire de musique de la ville : des passerelles n’ont pas manqué de se développer entre présences des artistes pro, du public et des jeunes élèves…). Le Festival estival profite évidemment de cette culture évidente, manifeste qui appartient désormais totalement à la vie des Saintais. Au cours de lla saison annuelle comme pour l’été, jeunes tempéraments en devenir (actuellement Nevermind et Jean Rondeau), ensembles envoûtants et pour certains partenaires familiers (Vox Luminis, Orchestre des Champs-Elysées et Philippe Herreweghe, …) poursuivent leur travail de défrichement comme d’approfondissement. Le seul exemple de l’orchestre de jeunes instrumentistes sur instruments d’époque, le JOA, Jeune Orchestre de l’Abbaye, illustre cette activité exemplaire qui se soucie de former et perfectionner les jeunes musiciens. En plus de réaliser plusieurs sessions pendant l’année à Saintes, le JOA participe aussi à la programmation du festival estival (Tchaikovski : Suite de Casse Noisette et Symphonie n°2 « Petite Russie », sous la direction de Philippe Herreweghe, le 15 juillet à 16h30, un événement à suivre particulièrement). EN LIRE + http://www.classiquenews.com/festival-de-saintes-2017-presentation-et-temps-forts/ VOIR la présentation vidéo du Festival de Saintes 2017 par son directeur artistique Stephan Maciejewski http://www.classiquenews.com/festival-de-saintes-2017-presentation-des-temps-forts/ ____________________ FESTIVAL MUSIQUE & MEMOIRE Du 15 au 30 juillet 2017 Dans les Vosges du Sud, un festival passionnant vous attend, du 15 au 30 juillet 2017 soit la deuxième quinzaine de juillet : une offre unique en Europe pour s’immerger au cœur des Vosges saônoises (en particulier dans la territoire des Vosges du Sud), bercés, étonnés, surpris, par une programmation riche et singulière, en nouvelles expériences baroques. Musique et Mémoire est une scène résolument baroque à nulle autre pareille qui ne cesse d’explorer les esthétiques des XVIIè et XVIIIè, entre France, Italie, pays germaniques. Grâce à l’intuition sûre de Fabrice Creux, directeur du Festival (et aussi son créateur), Musique et Mémoire sait cultiver le risque voire l’audace en commandant aux artistes en résidence de nouveaux programmes. C’est à chaque édition, une traversée unique et féconde, qui n’est pas liée à un site unique comme beaucoup d’autres festivals en France, mais une offre qui rayonne sur le territoire saônois, entre étangs et églises patrimoniales, une occasion de vivre et revivre l’enchantement et la vitalité des écritures baroques selon un rythme désormais bien identifié : 3 week ends ouvragés avec intelligence et gradation, 3 ensembles en résidence portés par l’exigence de l’expérimentation et de l’accomplissement. Du dialogue, du partage. Cet été, inaugurant le nouveau cycle de concerts et de rencontres, les festivaliers retrouvent pour les 5 premiers jours (les 15, 16 puis 19, 20 et 21 juillet), le trio emblématique Les Timbres, capables de stimuler et produire la complicité recréatrice en s’associant de nombreux complices (et aussi de nouveaux timbres comme le baryton vocal de Marc Mauillon…); Puis les 22 et 23 juillet, Musique et Mémoire accompagne le fabuleux ensemble de Lionel Meunier, Vox Luminis dans Haendel, et les cordes de La Rêveuse qui fête non sans raison le génie de Telemann, mis à l’honneur en 2017 ; c’est la poursuite également du geste d’Alia Mens dans la constellation Bach (cantates et pièces instrumentales dont les Brandebourgeois… Festival itinérant sur le territoire vosgeois, Musique & Mémoire a su aussi s’enraciner dans communes et sites uniques ; là encore, c’est la promesse d’écouter les meilleurs interprètes sélectionnés par Fabrice Creux, de suivre leurs avancées, jalons d’une longue et passionnante maturation locale, dans plusieurs églises et lieux surprenants… EN LIRE + http://www.classiquenews.com/vosges-du-sud-70-24eme-festival-musique-et-memoire-du-15-au-30-juillet-2017/ VOIR la vidéo 2016 du Festival Musique & Mémoire : les 400 ans de Johann Jacob Froberger ____________________ MUSIQUE EN BOURBONNAIS Du 16 juillet au 15 août 2017 Dans l’ALLIER, voilà 51 ans, que le festival Musique en Bourbonnais offrait son premier cycle musical dans les églises les plus remarquables du Bourbonnais dans le département de l’ALLIER. Les 5 concerts proposés cette année, poursuivent une exploration concertée entre grands interprètes de musique de chambre et sites à haute valeur patrimoniale : souvent des églises médiévales dont celle de Châtelay à Hérisson) et ses fresques des XIIIè et XIVè sur la vie de l’ermite Saint Principin, est la plus emblématique. C’est d’ailleurs autour de la restauration de l’église de Châtelay, bâtiment remarquable perché dans un site préservé, que le premier festival s’est constitué. Aujourd’hui, le festival rayonne pendant l’été sur le territoire offrant aux habitants, l’occasion d’entendre les musiciens les plus chevronnés de leur génération, confirmés ou jeunes tempéraments prometteurs. Chaque concert est programmé le dimanche le plus souvent, en fin d’après midi à 16h ou 17h, jalon enchanteur qui rythme une journée de découverte ou d’exploration dans le bocage Bourbonnais. EN LIRE + : http://www.classiquenews.com/allier-musique-en-bourbonnais-16-juillet-15-aout-2017/ ____________________ FESTIVAL MESSIAEN AU PAYS DE LA MEIJE Du 22 au 30 juillet 2017 Dans les Hautes-Alpes (Briançonnais), le 20è festival Messiaen au Pays de la Meije offre un somptueux « voyage à travers le son », Olivier Messiaen qui avait élu résidence sur le territoire, ayant depuis toujours cultiver un regard critique sur le son. Grâce au directeur artistique, Gaëtan Puaud, fier gardien des lieux et de l’événement depuis les débuts du Festival dans le Briançonnais, les spectateurs au Pays de la Meije, de La Grave à Briançon, ont toujours pu mesurer l’esprit défricheur et le perfectionnisme sonore du compositeur : c’est aussi l’occasion, chaque été de considérer l’autre composante majeure de son écriture : sa spiritualité. Non pas l’expression d’une bondieuserie réductrice, mais l’affirmation d’un idéal transcendant qui porte toujours plus haut chacune de ses partitions. En juillet 2017, les auditeurs pourront écouter “Des Canyons aux étoiles”, le “Quatuor pour la fin du Temps”, “Harawi”, les “Visions de l’Amen”, “Saint François d’Assise” (version Loriod pour chant et piano), les “Cinq Rechants »… Soit un cocktail de joyaux incontournables d’autant plus opportuns en 2017 qu’il s’agit aussi de commémorer les 25 ans de la disparition d’Olivier Messiaen, en 1992. Temps forts, randonnées, concerts événements de la 20è édition du Festival Messiaen au Pays de la Meije : EN LIRE + http://www.classiquenews.com/brianconnais-festival-messiaen-au-pays-de-la-meije-2017-les-20-ans/ ____________________

Classiquenews.com - Articles

3 juin

GSTAAD Yehudi Menuhin Festival & Academy (13 juillet – 2 septembre 2017). Temps forts II.

GSTAAD Yehudi Menuhin Festival & Academy (13 juillet – 2 septembre 2017). Temps forts II. 5 événements en juillet 2017 dans la Saanenland. Le Festival de GSTAAD l’été c’est le « GSTAAD MENUHIN FESTIVAL & ACADEMY ». Pour ce nouvel opus qui annonce l’événement musical en SUISSE, classiquenews distingue certains temps forts du mois de juillet – le Festival se déroule du 13 juillet au 2 septembre 2017. Dans sa nouvelle parure mauve qui synthétise le profil des cimes alpines à Gstaad, le Festival promet une édition nouvelle époustouflante. La période investie en fait l’événement le plus riche sur le plan artistique de l’autre côté des Alpes (70 concerts vous attendent). Rien n’égale ici la cohérence de l’offre, permise et renforcée par le thème général, fédérateur : « POMP IN MUSIC », c’est à dire l’esprit de la fête et de la célébration. Mais, GSTAAD sait aussi préserver la diversité des concerts comme le souci de transmission et d’apprentissage, conformément aux souhaits de son fondateur le violoniste Yehudi Menuhin (visionnaire dans sa vision réunissant la beauté des paysages du Saanenland et les concerts proposés dans les églises locales). Ainsi le Festival estival est-il aussi une Académie destinée à former les nouvelles générations de musiciens (point emblématique de cette double activité, musicale et pédagogique : l’académie de direction d’orchestre, pilotée depuis cette année par le chef néerlandais Jaap von Zweden. Notez bien que le maestro dirige l’Académie cet été, mais aussi assure la direction musicale de l’Orchestre du Festival de Gstaad (GFO Gstaad Festival Orchestra) qui d’ailleurs est en tournée (ainsi avec la violoncelliste, ambassadrice du Festival, Sol Gabetta, les 21 et 22 août 2017, au Schlewig-Holstein et à la Philharmonie de Hambourg : dans Ravel, le Concerto de Lalo et la 5è de Tchaikovsky). GSTAAD Yehudi Menuhin Festival & Academy (13 juillet – 2 septembre 2017). Temps forts II. 5 temps forts de juillet 2017 à GSTAAD 1- Dimanche 13 juillet, 18h puis 19h30 Le départ du Festival 2017 est incontournable, d’abord à 18h dans la tente pour un cocktail de bienvenue, puis à 19h30, dans l’église où tout a commencé grâce à Yehudi Menuhin, l’église de Saanen, récemment restauré. Musique de chambre : Sonates de Brahms et Bartok, Fantaisie de Schubert… Vilde Frang (violon), Alexander Madzar (piano). 2- Le 14 juillet 2017, 19h30 : récital du pianiste Andras Schiff Dans un programme qui met Bach en dialogue avec Bartok, mais aussi Janacek et Schumann (Davidsbündlertänze opus 6). Eglise de Saanen 3- Le 15 juillet 2017, 10h30 : dans la petite et très intimiste chapelle de Gstaad, récital chambriste de la violoniste Ziyu He (Senior 1st Prize Menuhin Competition 2016), avec Peter Wittenberg au piano. Sonates pour violon de Mozart, Brahms, Caprice basque de Pablo de Sarasate. 4- Le 15 juillet 2017, 19h30 : Le Messie de Haendel sous la direction de Paul McCreesh. Il avait dirigé l’an dernier le Requiem de Mozart, entre autre pour célébrer le centenaire Yehudi Menuhin. Cette année dans l’église de Saanen, McCreesh propose une nouvelle lecture du Messie de Haendel 5- Le 22 juillet 2017, 19h30 : SOL GABETTA, violoncelle. Récital Schumann, Britten, Brahms (avec Nicholas Angelich, piano). Dans l’écrin sublime, sous sa charpente de bois, de l’église de Saanen, l’ambassadrice du Festival suisse , Sol Gabetta offre un bain de chambrisme très incarné, ardent, vibrant. Temps fort et grand moment musical assurés. ____________________ + D’INFOS, CONSULTER le site du Festival de GSTAAD 2017 https://www.gstaadmenuhinfestival.ch/fr/location-and-programme/programme-2017 VOIR NOTRE GRAND REPORTAGE VIDEO GSTAAD MENUHIN Festival & Academy 2016 RÉSERVATIONS et INFORMATIONS sur le site du Festival Yehudi Menuhin à GSTAAD, 13 juillet – 2 septembre 2017 _______________ LIRE AUSSI notre annonce dépêche GSTAAD Yehudi Menuhin Festival & Academy 2017, temps forts I ; avec une sélection d’autres événements : Programme inédit Cecilia Bartoli / Sol Gabetta ; Aida par Roberto Alagna ; parcours musique de chambre : « Brahms, le voyage intérieur »…

Georg Friedrich Haendel
(1685 – 1759)

Georg Friedrich Haendel est un compositeur allemand, naturalisé britannique (23 février 1685 - 14 avril 1759). Haendel personnifie souvent de nos jours l'apogée de la musique baroque aux côtés de Bach. Né et formé en Saxe, installé quelques mois à Hambourg avant un séjour initiatique et itinérant de trois ans en Italie, revenu brièvement à Hanovre avant de s'établir définitivement en Angleterre, il réalisa dans son œuvre une synthèse magistrale des traditions musicales de l'Allemagne, de l'Italie, de la France et de l'Angleterre. Virtuose hors pair à l'orgue et au clavecin, Haendel dut à quelques œuvres très connues (notamment l'oratorio Le Messie, ses concertos pour orgue et concertos grossos, ses suites pour le clavecin, ses musiques de plein air : Water Music et Music for the Royal Fireworks) de conserver une notoriété active pendant tout le XIXe siècle, période d'oubli pour la plupart de ses contemporains. Cependant, pendant plus de trente-cinq ans, il se consacra pour l'essentiel à l'opéra en italien (plus de 40 partitions d'opera), avant d'inventer et promouvoir l'oratorio en anglais dont il est un des maîtres incontestés.



[+] Toute l'actualité (Georg Friedrich Haendel)
19 juin
Classiquenews.com...
17 juin
Resmusica.com
16 juin
Classiquenews.com...
13 juin
Sphère Wordpress
10 juin
Classiquenews.com...
8 juin
Classiquenews.com...
3 juin
Classiquenews.com...
2 juin
Classiquenews.com...
1 juin
Resmusica.com
31 mai
Classiquenews.com...
31 mai
Resmusica.com
28 mai
Classiquenews.com...
27 mai
Les bons plans de...
25 mai
Le blog d'Olivier...
23 mai
Classiquenews.com...
18 mai
Classiquenews.com...
18 mai
Classiquenews.com...
16 mai
Classiquenews.com...
12 mai
Classiquenews.com...
12 mai
Les blogs Qobuz

Georg Friedrich Haendel




Haendel sur le net...



Georg Friedrich Haendel »

Grands compositeurs de musique classique

Messes Water Music Sarabande Suite Pour Clavecin Opera Oratorios

Depuis Janvier 2009, Classissima facilite l'accès à la musique classique et étend son audience.
Avec des services innovants, Classissima accompagne débutants et mélomanes dans leur experience du web.


Grands chefs d'orchestre, Grands interprètes, Grands artistes lyriques
 
Grands compositeurs de musique classique
Bach
Beethoven
Brahms
Debussy
Dvorak
Handel
Mendelsohn
Mozart
Ravel
Schubert
Tchaïkovsky
Verdi
Vivaldi
Wagner
[...]


Explorer 10 siècles de musique classique ...