Musique Classique en ligne - Actualité, concerts, bios, musique & vidéos sur le net.

Musique classique et opéra par Classissima

Georg Friedrich Haendel

vendredi 1 juillet 2016


Classiquenews.com - Articles

26 juin

Les Cyclopes au Festival Musique et Mémoire 2016 (2ème Week end)

Classiquenews.com - Articles Haute-Saône, festival Musique et Mémoire. 2ème week end : 20-24 juillet 2016. Froberger en majesté… en 1 conférence et 6 concerts événements. Pour son 23ème cru, le festival Musique et Mémoire au Pays des Mille étangs en Haute-Saône, poursuit cette équation captivante de l’exploration baroque au cœur du territoire rural (en l’occurrence les Vôsges Saônoises). Pour les 400 ans du compositeur baroque, mort sur son territoire, le festival dirigé par Fabrice Creux célèbre en 8 programmes inédits, le génie de Johann Jacob Froberger (1616-1667), non sans raison : mort au château d’Héricourt (3 concerts ont lieu dans l’église d’Héricourt), Froberger fut une étoile musicale à l’échelle de l’Europe. Son élève et protectrice, la Princesse Sybille a témoigné de l’art de toucher le clavier d’un Froberger divin poète dont l’enjeu des programmes proposés par Musique et Mémoire en 2016, entend bien restituer la force, la subtilité, la finesse allusive : par son caractère suggestif et introspectif, Froberger fut le Chopin du XVIIè, établissant déjà ce rapport intimiste et presque secret entre l’interprète, son clavier, ses proches auditeurs… Qui fut réellement Froberger ? Quels sont les compositeurs dont il fut proche et dont il transmit l’art spécifique ? Le Festival Musique et Mémoire est le seul en France cet été à célébrer à juste titre le génie de Froberger et évoquer ses passionnantes affinités avec la musique française, le Stylus Fantasticus, Frescobaldi et Mathias Wackmann… Et pour servir ce nouveau cycle exceptionnel, en découvertes et révélations, Fabrice Creux invite un nouvel ensemble sur instruments d’époque, en résidence au Festival, Les Cyclopes. 1 – La vie secrète de Froberger Musicien, diplomate ? La conférence du mercredi 20 juillet met l’accent sur l’itinérance d’un compositeur et interprète du clavier parmi les plus doués de son temps, dont l’activité musicale pourrait avoir été doublée de missions diplomatiques et politiques pour l’Empereur Ferdinand III (qui a financé tous ses déplacements à travers l’Europe). De fait, ses séjours parfois longs depuis Vienne, en France, en Angleterre, en terres germaniques et en Italie, lui apportent les composantes d’un riche substrat esthétique dont il réalise une puissante et originale synthèse. Bibiane La pointe (clavecin) et Thierry Maeder (orgue), directeurs artistiques de l’ensemble Les Cyclopes, associent leurs talents musiciens pour ressusciter la figure de Froberger, dans un lieu même que le compositeur aurait pu connaître et même investir lors de son séjour ultime à Héricourt… Héricourt, église luthérienne, à 21h, réservations conseillées : 03 84 49 33 46. (Illustration : Portrait de l’Empereur Ferdinand III, protecteur de Froberger). 2 – Froberger en tête-à-tête Le jeudi 21 juillet, le duo Coloquintes (violon / viole de gambe) joue plusieurs transcriptions et pièces inédites témoignant de la richesse d’inspiration de Froberger, toutes regroupées dans le manuscrit de la bibliothèque de Wolfenbüttel, le Ludwig Partiturbuch qui collecte les Suites de Danses pour violon et viole de gambe d’un Froberger irrésistiblement inventif et original. Réservations obligatoires. MELISEY, Chœur Roman, 21h. Les 5 autres programmes sont d’autant plus exceptionnels qu’ils sont tous des créations / commandes du festival. 3 – A l’honneur de Madame Sibylle Vendredi 22 juillet 2016 Héricourt, église luthérienne, 21h Hommage à une mécène et amie… Les cas d’estime sincère et partagé sont finalement assez rares dans l’histoire musicale. A l’instar de Louis XIV et son cher Lully, plus tard de Handel et de la Reine Caroline, Froberger sut cultiver une exceptionnelle relation avec la Princesse Sybille de Wurtemberg (1620-1707), sa cadette et non moins patronne et élève, qu’il rencontre d’abord à Stuttgart puis rejoint à la fin de sa vie en son château d’Héricourt à partir de 1664. La princesse est croyante, douée pour le clavier et certainement compositrice elle-même dans la proximité de Froberger, son mentor et maître. En hommage, le musicien appelait les Trois Grâces de Wurtemberg, Sybille et ses deux sœurs. Dans les secrets d’une compréhension complice, Froberger dédie à Sybille plusieurs pièces pour elle seule. Quand son “cher, fidèle et zélé professeur” meurt à Héricourt en 1667, d’apoplexie, la Princesse Sibylle endeuillée invite tous ses amis de Montbéliard pour célébrer la mémoire de son maître et ami, au cours d’une célébration fastueuse. Les Cyclopes évoquent la relation du musicien et de sa mécène dans un programme inédit, création et commande du festival Musique et Mémoire, comprenant des œuvres de Böddeceker, Monteverdi, Capricornus, et évidemment Froberger dont les instrumentistes jouent “l’Allemande faite à l’honneur de Madame Sybille Duchesse de Wurtemberg”. Réservation conseillée. Répétition publique ouverte à 17h. Concert à 21h. 4 – Froberger à Rome Samedi 23 juillet 2016 Héricourt, église luthérienne, 15h. Froberger réalise deux séjours à Rome : 1637-1641 puis 1645-1649. Converti au catholicisme, le musicien grâce au soutien de l’Empereur Ferdinand III, rejoint Rome pour apprendre l’art du génie local : Girolamo Frescobaldi (1583-1643), alors à la fin de sa vie. L’élève apprend vite : Froberger maîtrise très vite l’art de la Toccata, le contrepoint à la manière frescobaldienne. Après la mort de Frescobaldi, Froberger prend soin de contribuer à la diffusion de sa musique, modèle du genre. Pendant son second séjour romain, Froberger recueille l’enseignement du jésuite et professeur au Collegium Germanicum, Athanasius Kircher dont le recueil essentiel pour le premier baroque européen, Musurgia universalis (1650) fixe les caractères du stylus fantasticus, manifeste musical dont les préceptes théoriques ont certainement bénéficié aussi des suggestions et recherches de Froberger. En témoigne la Fantasia ut-ré-mi-fa-sol-la, seule oeuvre de Froberger présente dans de Kircher. Le maître de chapelle de Saint-Apollinare à Rome, Carissimi a certainement croisé la route de Froberger dont l’oeuvre recueille une influence manifeste. En témoignent les deux Motets, révélations centrales du programme proposé par Les Cyclopes : Apparuerunt apostolis, et Alleliua absorpta est mors, seules partition de Johann Jacob, non destinées au clavier. Réservation conseillée. 5 – Abendmusiken à Hambourg Samedi 23 juillet 2016 Belfort, Temple saint-Jean, 21h Froberger et Weckmann. Avant les Telemann et CPE Bach, champions hambourgeois du plein XVIIIè piliers de l’activité musicale locale, la ville hanséatique favorise l’inspiration des compositeurs, ainsi Matthias Weckmann (1616-1674), qui fonde à Hambourg le collegium Musicum : le compositeur rencontre son exact contemporain Froberger (ils sont nés tous deux en 1616) à Dresde alors qu’à l’hiver 1649, Froberger était envoyé par Ferdinand III pour remettre une lettre au Prince électeur Georges Ier de Saxe. Virtuoses de clavier, doué pour la composition comme l’improvisation, Weckmann et Froberger ne devait plus interrompre leur relation, dont une abondante correspondance témoigne. Les deux s’influencent mutuellement et se transmettent les ferments d’une puissante et originale synthèse entre contrepoint savant germanique, style français, stylus fantasticus où virtuosité et introspection trouvent un idéal équilibre. Au programme de ce concert alliant l’orgue et les instruments de l’orchestre baroque Les Cyclopes, Sonates de Weckmann et Ferro, Pièces pour le clavier de Weckmann et Froberger (extraits des manuscrits de la Singakademie et Hintze). Rservation conseillée. 6 – Passer la mélancolie Dimanche 24 juillet 2016 Saint-Barthélémy, Eglise, 11h Le concert évoque le séjour de Froberger en Angleterre (1652-1653) autour de la pièce emblématique au titre poétique : “Plainte faite à Londres pour passer la mélancolie”… Sonates et pièces pour le clavier de Locke, Froberger, Gibbons (organiste), Thomas Baltzar (violoniste)… tous musiciens et compositeurs reliés à Oxford, dont Froberger fut proche du milieu musical (en particulier de Mathiew Locke (1621-1677). Aux Anglais, Froberger transmet le goût des français et de Frescobaldi… Réservation conseillée. 7 – 1653, RATISBONNE Dimanche 24 juillet 2016 Fresse, église Sainte-Antide, 17h La Diète d’Empire à Ratisbonne... musiques dynastiques et impériale. Pour le remercier de son indéfectible appui et protection, Froberger dédie en 1656, un recueil de nouvelles partitions à l’Empereur Ferdinand III : y figurent des pièces inspirées directement à ses aventures en Europe, durant ses nombreux déplacements. Froberger voyage sur les chemins et en mer, en Angleterre, pays germaniques, Pays-Bas, France, durant trois années où il vit le pire comme le plus exaltant : en 1653, il rejoint Ratisbonne où la famille impériale est présente pour la Diète d’Empire. Tous les princes influents sont représentés, en grande pompe et en fastueuse représentations musicales. En témoigne le recueil de 114 partitions, édité pour l’occasion et qui regroupe alors les meilleures manières germaniques : le Partiturbuch Ludwig. Au cours de la Diète de Ratisbonne de 1643, Ferdinand III fait ratifier la nomination de son fils comme son successeur (futur Ferdinand IV, Roi des romains) et aussi le couronnement de sa 3ème épouse Eléonore de Gonzague, comme impératrice. Mais le fils désigné, futur Ferdinand IV devait mourir de la variole à 21 ans, en juillet 1654. Le recueil dédié à l’Empereur en 1656 (Libro Quarto) évoque très précisément et de façon codifié, chacun des avatars et des péripéties de la famille impériale dont était proche Froberger. Pour évoquer l’écriture virtuose de Froberger et le goût musical impérial, Les cyclopes jouent les Pièces pour le clavier de Froberger (Libro Quarto, 1656) et plusieurs Sonates de Bertali, Valentini, Schmelzer, toutes déposées dans le fameux Partiturbuch Ludwig de 1653. Réservation conseillée. AGENDA 2ème week end du Festival Musique et Mémoire 2016 — les 20, 21, 22, 23 et 24 juillet 2016 Les Cyclopes 1 conférence – 6 programmes inédits 1- Mercredi 20 juillet 2016, Héricourt, église luthérienne, 21h Conférence : la vie secrète de Froberger 2- Jeudi 21 juillet 2016 Melisey, choeur roman, 21h Froberger en tête à tête Duo Coloquintes, Aparté 3- Vendredi 22 juillet 2016 Héricourt, église luthérienne A l’honneur de madame Sibylle 4- Samedi 23 juillet 2016 Héricourt, église luthérienne, 15h Froberger à Rome : Frescobaldi et Kircher 5- Samedi 23 juillet 2016 Belfort, Temple Saint-Jean, 21h Abendmusiken à Hambourg 6- Dimanche 24 juillet 2016 Saint-Barthélémy, église, 11h Plainte faite à Londres pour passer la mélancolie 7- Dimanche 24 juillet 2016 Fresse, église Sainte-Antide, 17h La Diète d’Empire INFOS, RESERVATIONS sur le site du Festival Musique et Mémoire BACH à Musique et Mémoire. Dernier week end : les 29, 30 et 31 juillet 2016, est dédié à Jean-Sébastien Bach. L’ensemble Alia Mens réalise ainsi 4 concerts événements dont le dernier à Lure (Création / commande du Festival, Eglise saint-Martin, 21h), permet d’écouter le Concerto Brandebourgeois IV, BWV 1049 et VI BWV 1051, le concerto pour violon et cordes BWV 1042, In dulci jubilo, Wir danken dir, Herr Jesu Christ… Un nouvel ensemble défenseur de JS Bach confirmera-t-il ainsi pour Musique et Mémoire ses affinités musicales ? Réponses les 29, 30 et 31 juillet prochains.

Fomalhaut

Aujourd'hui

TV-Web Juillet-Août 2016 Lyrique et Musique

Chaînes publiques Dimanche 03 juillet 2016 sur France 3 à 00h30 Pierre et le Loup (Prokofiev) - dm Gatti - Orchestre National de France Dimanche 03 juillet 2016 sur Arte à 18h30 Dixit Dominus (Handel) - Monteverdi Choir - dm Gardiner Vendredi 08 juillet...




La lettre du musicien (Edito)

28 juin

Brexit et musique

La déflagration produite par les résultats du référendum britannique – qui semblent, curieusement, avoir stupéfié autant les partisans du Leave que ceux du Remain – a trouvé des échos dans le monde culturel et musical, et notamment sur les réseaux sociaux, les premiers à réagir.Rien de plus normal : la musique ne connaît pas de frontières. Bien avant la construction européenne, le continent a toujours été sillonné par des compositeurs allant de capitale en capitale pour faire représenter leurs œuvres, par des solistes réclamés pour de longues tournées. Quelques noms viennent spontanément à l’esprit : Lassus, Haendel, Mozart, Paganini, Liszt... parmi tant d’autres. Aujourd’hui, pour les jeunes musiciens, l’Europe est le cadre de vie et de travail naturel. Combien de Français ont pu étudier à Londres ou ailleurs en Europe, combien de Britanniques ont fait de même dans les conservatoires français ou allemands ? Tout cela grâce au programme Erasmus, l’une des belles réussites de l’intégration européenne. Le monde musical devrait être touché partout en Europe, mais c’est naturellement pour nos voisins britanniques que les conséquences de cette sécession seront les plus sensibles. D’abord parce que l’Europe soutient la culture au Royaume-Uni, via le programme “Europe créative”, à hauteur de onze millions d’euros (chiffres 2014-2015). Une aide qui bénéficie à de nombreuses institutions du pays, mais essentiellement aux deux compagnies lyriques londoniennes : Covent Garden et l’English National Opera. Sans compter ce que versent les fonds structurels européens. Certes le Royaume-Uni, quittant l’Europe, ne contribuera plus au budget de celle-ci. Mais réaffectera-t-il pour autant une part de la manne économisée à ses institutions musicales ? Ensuite, parce que l’engagement de musiciens britanniques en France risque d’être plus compliqué – au moins administrativement – s’ils ne sont plus ressortissants de l’Union européenne. L’Association britannique des orchestres en est bien consciente qui, le jour même de l’annonce du résultat du référendum, a mis en garde contre les conséquences du Brexit sur les tournées de musiciens et d’orchestres en Europe (The Strad, 24 juin). Passé le premier moment de stupeur, il faut toutefois raison garder. Les négociations de sortie du Royaume-Uni vont être longues et complexes. Personne, à ce jour, ne sait quel sera le statut du pays vis-à-vis de l’Union européenne. Mais il ne faudra évidemment pas plus de visa pour aller jouer à Londres qu’il n’en faut aujourd’hui pour se produire en Suisse. Et pour finir sur une note légère : vous voulez aider un de vos amis musiciens à conserver son passeport européen ? Epousez-le !



Classiquenews.com - Articles

24 juin

Haendel : Bellezza contre le temps et la désillusion

France Musique. Mercredi 6 juillet 2016, 22h. Handel : Il trionfo del tempo e del disinganno. Le jeune Haendel romain, vedette du festival d’Aix 2016. L’oratorio en deux parties que le jeune Haendel – âgé de 22 ans, livre en Italie en 1707 est une personnalité européenne venu à Rome enrichir sa propre expérience et aussi démontrer combien il maîtrise au début du XVIIIè, la langue sensuelle et conquérante de la Contre Réforme. Sur le livret du Cardinal Benedetto Pamphili, Il Trionfo est une succession d’airs électriques, exigeant des solistes une habilité virtuose exceptionnelle, entre expressivité dramatique, et subtilité d’intonation. Soit de vrais chanteurs d’opéras. C’est une annonce directe de ce que fera le génie saxon, plus tard à Londres, après avoir échoué à affirmer son métier dans le genre de l’opéra sedia : Il trionfo désigne cet oratorio anglais bientôt à naître et remarquablement déployé dès la fin des années 1730. Mais ici, à Rome, le jeune compositeur apprend et perfectionne sa langue dramatique et poétique. BEAUTE / BELLEZZA s’enivre d’elle même… 4 personnages allégories se confrontent, exprimant les diverses élans et désirs de l’âme humaine; Bellezza (beauté), Piacere (Plaisir), Disinganno (désillusion) et Tempo (Temps), tous imposent à l’homme les limites et les mirages d’une vie d’insouciance ; sans conscience ni morale, sans valeurs ni sagesse, une vie humaine est vaine, creuse, fût-elle belle, hédoniste. Le temps rattrape vite les élans du plaisir. Tout n’a qu’un temps et passe et s’efface. L’appel est lancé : l’âme doit être responsable. Ainsi la Beauté s’enivre d’elle-même… Si le sujet est sérieux et hautement moral, la forme musicale époustoufle par son raffinement, sa suprême élégance, l’invention des mélodies, la finesse et la subtilité de la langue orchestrale. Jamais le génie haendélien n’aura été aussi imaginatif, contrasté, sensuel et nerveux : le compositeur réutilisera d’ailleurs nombre de ses airs dans ses opéras futurs. Aix propose une version mise en scène par le polonais déjanté, souvent provocateur, en tout cas décalé, Krzysztof Warlikowski. La distribution elle suscite une adhésion immédiate : Bellezza : Sabine Devieilhe* Piacere : Franco Fagioli Disinganno : Sara Mingardo Tempo : Michael Spyres Tous sont conduits par Emmanuelle Haim, à la tête de son ensemble Le Concert d’Astrée. A l’affiche du festival d’Aix 2016 : les 1er, 4, 6, 9, 12 et 14 juillet 2016 / Théâtre de l’Archevêché, 22h. VISITER le site du festival d’Aix en Provence 2016 DIFFUSION : en direct sur France Musique et France 2, le 6 juillet 2016 à 22h. Illustration : évocation du jeune Haendel / Handel à Rome / Portrait de jeune homme Baron Brooke par Nattier (DR)

Classiquenews.com - Articles

23 juin

VANNES : 6ème Académie Européenne de Musique Ancienne

VANNES EARLY MUSIC INSTITUTE 2016. Du 4 au 12 juillet 2016, la déjà 6ème Académie Européenne de Musique ancienne de Vannes propose conférences, rencontres et concerts pour le public, sans omettre de formidables sessions de travail comme d’approfondissement pour les apprentis musiciens, élèves de l’Académie estivale. Le Vannes Early Music Institute, VEMI, à l’inititative de Bruno Cocset. Depuis 2011, la ville de Vannes fait figure d’exemple sur le plan culturel et musical. Le Vannes Early Music Institute (VEMI) propose son festival dédié à la Musique Ancienne dans la ville et dans sa région. L’événement le plus important de l’été dans la cité et aux alentours de Vannes défend à la fois le partage et la transmission, en sa résidence urbaine, vannetaise, depuis le 3ème étage de l’Hôtel de Limur, joyau du 17ème siècle restauré par la ville et ainsi mis à disposition de l’Institut. C’est à Vannes que le violoncelliste Bruno Cocset a pu établir la résidence de son propre ensemble de cordes anciennes, Les basses Réunies (au CRD Conservatoire au rayonnement départemental). Une implantation qui n’a pas tardé à produire ses effets, transformant peu à peu le coeur de la ville de Vannes, tel l’un des foyers les plus actifs de la musique baroque en Bretagne. Son grand intérêt tient à sa faculté à mêler recherche sur les pratiques instrumentales, lutherie, et lien permanent avec les publics comme les jeunes instrumentistes. 6ème académie Européenne de Musique ancienne VANNES, cité baroque en Bretagne CONCERTS DANS LA VILLE, DANS L’ANNEE. Un violoncelliste baroque fait bouger les lignes…A l’initiative de l’instrumentiste dont on sait aussi le goût sûr et l’expertise quant à la lutherie baroque, l’Institut organise tout au long de l’année des concerts de musique baroque, l’Académie estivale étant au mois de juillet l’un des accents (forts) d’une programmation plus globale. Depuis 2011, de nombreux cycles de concerts rythment désormais la vie musicale à Vannes: en liaison directe ou non avec la résidence de l’ensemble de Bruno Cocset : Les basses Réunies au CRD ou dans le cadre de la saison du TAB (Théâtre Anne de Bretagne) ; ainsi, les « Automnes » ou « Hivers à Limur », les « Semaines de la Voix » et d’autres programmes présentés en partenariat avec d’autres acteurs de la vie musicale du Pays de Vannes : « Académie des Arts Sacrés de Ste Anne d’Auray », « Maitrise de Vannes », « Maitrise du CRD ». Activité rayonnante sur le territoire et aussi souci de pédagogie et de transmission : l’Institut propose des concerts, des conférences et des masterclasses à destination de jeunes musiciens issus d’écoles musicales européennes conventionnées avec le VEMI. L’activité est donc double, former les talents de demain et proposer au grand public, une série de concerts, prolongements naturels des sessions acharnées de travail et de répétitions. L’Académie synthétise tous les engagements de l’Institut : c’est un temps fort de l’année musicale à Vannes qui permet au public la diversité des approches et la grande cohérence qui s’en dégagent car elles s’avèrent d’un profit complémentaire, en particulier pour les jeunes instrumentistes en apprentissage. Comme pour le public qui peut assister à un nombre important de manifestations et de sessions à un prix abordable voire en accès gratuit : l’accessibilité du festival faisant partie de ses objectifs, défendus à chaque édition depuis le lancement de l’événement. LIRE notre entretien avec BRUNO COCSET . LIRE notre présentation complète de la 6ème Académie Européenne de Musique Ancienne . Programme 6ème Académie Européenne de Musique Ancienne de Vannes 8 concerts & 2 conférences Réservations dès le 15 juin 2016 Le Festival des Musiciens voyageurs / « Face à la mer… » Lundi 4 juillet 2016/ 21h / Vannes, Eglise St Patern (1) CONCERT D’OUVERTURE N°1 : VENISE W. Dongois, S. Gent, G. Balestracci, M. Gratton, B. Cuiller, B. Cocset, R. Myron Mercredi 6 juillet / 15h / Vannes, Hôtel de Limur (Gratuit – 2) CONFERENCE N°2 : «Le silence, ponctuation du temps» / Franck Bernède, Ethnomusicologue Mercredi 6 juillet / 21h / Vannes, Auditorium des Carmes (1) CONFERENCE CONCERT N°3 : «La Fontegara de Silvestro Ganassi» William Dongois (cornet à bouquin), avec Pierre Gallon (clavecin) Jeudi 7 juillet / 21h / Vannes, Auditorium des Carmes (1) CONCERT N°4 : NAPLES «Catari, Maggio, l’Ammore…» Chants Napolitains Marco Beasley (voix) & Antonello Paliotti (guitare) Vendredi 8 juillet / 19h, 20h, 21h / Vannes, Hôtel de Limur (Gratuit – 2) CONCERTS BALLADES N°5 : «3 Escales latines à LIMUR» Etudiants de l’Académie Samedi 9 juillet / 19h / Ile aux Moines, Eglise St Michel (1) CONCERT DANS LES ILES N°6 : «Ondas, Face à la mer…» Cantigas de Amigo de Martin Codax (Portugal) Vivabiancaluna Biffi (vièle et voix) & Pierre Hamon (flûtes) Dimanche 10 juillet / 15h / Pontivy, Basilique Notre Dame de Joie (Gratuit – 2) CONCERT N°7 : «D’une mer à l’autre, un souffle vers le Nord…» Marcello, Locatelli, Telemann, Haendel… M. Hantaï, G. Balestracci, B. Cuiller, B. Cocset, R. Myron Dimanche 10 juillet / 19h / Guern, Sanctuaire de Quelven (Gratuit – 2) CONCERT d’orgue N°8 : «Venise… Amsterdam, l’autre voyage» Gabrielli, Schütz, Praetorius, Scheidt Maude Gratton & Etudiants de l’Académie Lundi 11 juillet / 21h / Arradon, La Lucarne (Gratuit – 2) CONCERT N°9 : Une fenêtre sur Limur… à la Lucarne ! Etudiants de l’Académie Mardi 12 juillet / 21h / Vannes, Eglise St Patern (Participation libre) CONCERT DE CLOTURE N°10 : «Florilegio» Dall’Abaco, Corelli, Geminiani… Etudiants et enseignants de l’Académie Dir. Johannes Leertouwer (1) – Concerts payants : 5€ et 10€ et Gratuit jusqu’à 12 ans (2) – Dans la limite des places disponibles Pour chaque concert et conférence, réservation conseillée par téléphone : +33 (0)6 13 43 05 14 par email v.earlymusic@gmail.com Zoom sur le Dimanche 10 juillet à Pontivy et Quelven : une journée “hors les murs” aux consonances italiennes Transport en car au départ de Vannes organisé pour les étudiants et le public sur réservation* 14h : départ de Vannes (en car) 15h : concert à Pontivy, Basilique Notre Dame de Joie «D’une mer à l’autre, un souffle vers le Nord…» Marcello, Locatelli, Telemann, Haendel… M. Hantaï, G. Balestracci, B. Cuiller, B. Cocset, R. Myron 17h30 : visite du Sanctuaire de Quelven, à Guern Visite guidée du sanctuaire de Quelven suivie d’un buffet 19h : Concert d’orgue à Guern, Sanctuaire de Quelven «Venise… Amsterdam, l’autre voyage» Gabrielli, Schütz, Praetorius, Scheidt Maude Gratton & Etudiants de l’Académie 21h : départ de Guern, arrivée à Vannes vers 22h * Tarif adulte : 15 € – Tarif enfant : 10 € Pour chaque concert et conférence, réservation conseillée par téléphone : +33 (0)6 13 43 05 14 par email v.earlymusic@gmail.com ECLAIRAGE 2016 : cette année, le festival des musiciens voyageurs, invite Marco Beasley et Antonello Paliotti dans un programme de chansons napolitaines ; offre de voyager au Portugal avec le nouveau projet de Vivabiancaluna Biffi et Pierre Hamon ; de remonter les sources de la musique classique occidentale avec le cornet à bouquin de William Dongois et la musique de Silvestro Ganassi sans omettre d’aborder la question du silence en musique dans différentes traditions avec Franck Bernède… Chaque adhésion au VEMI, chaque don apporté contribue à une expérience musicale et pédagogique unique en France qui fait du Baroque et de la pratique des instruments anciens, un lien fort désormais unissant un nombre de plus en plus important d’amateurs, instrumentistes ou non, que la musique baroque enchante, inspire, stimule… VEMI : Vannes early music Institute / Académie de musique ancienne 2016. Entretien avec Bruno Cocset, directeur général du VEMI. A l’occasion de la prochaine édition (6ème) de l’Académie Européenne de musique ancienne à Vannes (Morbihan), du 4 au 12 juillet 2016, Bruno Cocset fondateur du VEMI présente et explique les enjeux de son activité dans le Morbihan. A travers le VEMI, il s’agit certes de promouvoir la magie du Baroque, en facilitant sa découverte, son partage, sa pratique. Il s’agit surtout d’une formidable constellation de complicités humaines qui redéfinit la réalisation d’un centre culturel dédié à la musique, où tous les publics, les musiciens, aguerris comme apprentis, les partenaires trouvent leur place et joue chacun, un rôle actif et complémentaire… LIRE notre entretien avec BRUNO COCSET

Georg Friedrich Haendel
(1685 – 1759)

Georg Friedrich Haendel est un compositeur allemand, naturalisé britannique (23 février 1685 - 14 avril 1759). Haendel personnifie souvent de nos jours l'apogée de la musique baroque aux côtés de Bach. Né et formé en Saxe, installé quelques mois à Hambourg avant un séjour initiatique et itinérant de trois ans en Italie, revenu brièvement à Hanovre avant de s'établir définitivement en Angleterre, il réalisa dans son œuvre une synthèse magistrale des traditions musicales de l'Allemagne, de l'Italie, de la France et de l'Angleterre. Virtuose hors pair à l'orgue et au clavecin, Haendel dut à quelques œuvres très connues (notamment l'oratorio Le Messie, ses concertos pour orgue et concertos grossos, ses suites pour le clavecin, ses musiques de plein air : Water Music et Music for the Royal Fireworks) de conserver une notoriété active pendant tout le XIXe siècle, période d'oubli pour la plupart de ses contemporains. Cependant, pendant plus de trente-cinq ans, il se consacra pour l'essentiel à l'opéra en italien (plus de 40 partitions d'opera), avant d'inventer et promouvoir l'oratorio en anglais dont il est un des maîtres incontestés.



[+] Toute l'actualité (Georg Friedrich Haendel)
1 juil.
Fomalhaut
29 juin
Le blog d'Olivier...
28 juin
La lettre du musi...
26 juin
Classiquenews.com...
24 juin
Classiquenews.com...
23 juin
Classiquenews.com...
21 juin
Carnets sur sol
18 juin
Resmusica.com
14 juin
Classiquenews.com...
10 juin
Le blog d'Olivier...
10 juin
Jefopera
4 juin
Classiquenews.com...
3 juin
Sphère Wordpress
3 juin
Sphère Wordpress
2 juin
Classique... mais...
1 juin
Resmusica.com
31 mai
Classiquenews.com...
31 mai
Classiquenews.com...
30 mai
Classiquenews.com...
30 mai
Musique classique...

Georg Friedrich Haendel




Haendel sur le net...

Handel by Nicholas McGegan

 Interview [EN]

 

Handel by Nicholas McGegan



Georg Friedrich Haendel »

Grands compositeurs de musique classique

Messes Water Music Sarabande Suite Pour Clavecin Opera Oratorios

Depuis Janvier 2009, Classissima facilite l'accès à la musique classique et étend son audience.
Avec des services innovants, Classissima accompagne débutants et mélomanes dans leur experience du web.


Grands chefs d'orchestre, Grands interprètes, Grands artistes lyriques
 
Grands compositeurs de musique classique
Bach
Beethoven
Brahms
Debussy
Dvorak
Handel
Mendelsohn
Mozart
Ravel
Schubert
Tchaïkovsky
Verdi
Vivaldi
Wagner
[...]


Explorer 10 siècles de musique classique ...